Une cyberattaque profite généralement d’une faille dans votre système informatique. Pour l’éviter, il vous faut identifier les vulnérabilités grâce à un pentest. En scannant votre réseau et vos applications de temps en temps, vous pourrez détecter les failles de votre parc informatique. Que ce soient des ports ouverts, des applications web non sécurisées ou un firewall mal configuré. Avec l’évolution du système informatique d’entreprise, il faut réaliser une cartographie des logiciels et du matériel. Un pentest permet ainsi d’identifier les vulnérabilités et de corriger les failles de sécurité avant un piratage.

Qu’est ce qu’un pentest ?

Un pentest consiste à identifier et corriger les failles de sécurité d’un système informatique. Le scan comprend l’analyse et le test des logiciels et des matériels du réseau interne et externe.

Grâce à un scan automatisé, tous les composants du système, tels que les serveurs, les routeurs et les applications web, sont analysés pour détecter les failles. Ce processus permet de se protéger des potentiels failles exploitées par les cyber attaquants.

Avec un pentest, il faut tester tous les composants du système grâce à son adresse IP. Du serveur aux applications web, le scan va repérer et corriger les failles de sécurité. Un scan automatique régulier permet de mettre à jour et de sécuriser le système informatique.

Le fonctionnement d’un pentest

Grâce aux nouveaux outils numériques, les systèmes d’information deviennent plus complexes. Le réseau informatique est composé de nombreux constituants reliés entre eux. Chaque composant peut être vulnérable, alors les risques d’intrusion s’amplifient. Il est donc impossible de détecter manuellement le

système pour identifier ses vulnérabilités.

Pour automatiser et simplifier cette tâche, un scanner de vulnérabilités ou un test de pénétration est utilisé. Ce logiciel parcourt le réseau et cartographie les matériels et logiciels présents. Chaque élément est évalué pour détecter son niveau de sécurité. Le scan peut identifier des ports ouverts non sécurisés, des applications non sécurisées contre les cyberattaques ou des services inutilisés, mais actifs comme SSH ou HTTP.

Les méthodes d’identification de vulnérabilités par un pentest

Le pentest utilise diverses méthodes complémentaires pour détecter les failles de sécurité :

Scan de configuration : vérifier les configurations des serveurs et des logiciels pour identifier les vulnérabilités dues à des paramètres par défaut ou mal configurés.

Exploration active : analyser les logiciels et les matériels disponibles pour exploiter des vulnérabilités connues, puis vérifier si elles sont présentes dans le système. Cette méthode est efficace, mais peut perturber le système. Elle requiert un peu de prudence.

● Footprinting de version : exploiter les informations déjà ciblées par les services et les applications sur leur version. Par exemple, un serveur web peut indiquer « Apache httpd 2.4.46 ». Le scan permet de vérifier les vulnérabilités associées à cette version. Cette méthode est simple, mais dépend des informations existantes sur la version du logiciel.

Scan authentifié : Effectuer les tests via un compte utilisateur authentifié sur la machine. Cela permet d’analyser en profondeur les logiciels installés et de détecter des vulnérabilités non visibles de l’extérieur. Cette méthode est fiable et rapide, bien qu’elle nécessite un compte par machine à analyser.

En combinant ces méthodes, le scan de vulnérabilités propose une évaluation proactive de la sécurité du système d’information.

Plan d’action après l’identification des vulnérabilités

Après un scan de vulnérabilités, un rapport en détail des failles détectées est effectué. Les faiblesses du système sont classées par niveaux : mineures, moyennes, majeures et critiques.

Le rapport inclut un score CVSS (Common Vulnerability Scoring System) de 0 à 10, évaluant le risque de vulnérabilités. La liste est établie selon divers facteurs, tels que le vecteur d’attaque, la complexité et l’impact potentiel.

Les vulnérabilités sont listées par machine, facilitant la priorisation des actions correctives. La Direction des Systèmes d’Information utilise ces informations pour planifier les mesures nécessaires. Leur rôle consiste à corriger en priorité les failles les plus critiques, réduisant les risques pour le système d’information.

Classé dans:

Tech,

Dernière Mise À Jour: 9 juillet 2024